Her’s
Birth PlaceLiverpool
Year activate2016

Her’s

Site officiel : http://www.thatbandofhers.com/

Originaires de deux villes côtières, l’anglais Stephen Fitzpatrick et le norvégien Audun Laading se sont rencontrés lorsqu’ils étaient étudiants à Liverpool. Les deux se sont retrouvés autour d’un sens de l’humour sarcastique et d’un sens de l’observation particulier de leur environnement. Her’s est devenu le prolongement naturel de leur amitié, avec lequel ils décodent les cultures dans lesquelles ils ont grandi.

Après l’EP Songs of Her’s paru l’année dernière, le duo fantasque de Liverpool Her’s présente son premier album Invitation to Her’s entre jangle pop, chillwave et slack rock. Si le premier single « Love On The Line (Call Now) » chante les joies éphémères d’une romance simulée, le deuxième single « Low Beam » est une excursion nocturne dans les bois obscurs de la virilité. C’est un commentaire sur la toxicité de la masculinité, vu à travers les yeux d’un biker sensible qui se sent à part du gang, un loup hardi mais solitaire. La paire questionne également la frontière entre démence et réalité avec une esthétique de film noir des années 50 comme le Harvey de Henry Koster avec James Stewart. Dans le même esprit, la série mélodramatique La Quatrième Dimension de Rod Serling où chaque épisode est différent, surréel, marquant, intelligent et toujours inattendu a fortement influencé leur écriture. Et peut-être leur vie aussi car où qu’ils aillent, ils ont pour habitude d’attirer des personnes étranges comme cette fois où ils se sont retrouvés pourchassés à 3 heures du matin par un pirate pensant que la fin était proche.

De retour sain et sauf l’album a été enregistré au home studio de Saam Jafarzadeh qui pour son énergie positive est considéré comme un membre de leur famille musicale élargie qui compte Trudy and The Romance, The Orielles, Pizzagirl et Jimmy Lazers. Stephen et Audun sont deux consommateurs voraces de musique de tous genres et époques, ce qui transparaît en permanence dans leur son retro-futuriste mutant. Avec des lignes de guitares lumineuses, des mélodies imparables et des voix alanguies et charmantes ils livrent un slack rock arty teinté de dream pop, de tropicalia technicolor et de R&B 80s. C

’est un joyeux foutoir un jour d’été à la plage où les Strokes essaient de bronzer avec nonchalance pendant que Mac DeMarco saute avec acharnement sur les constructions de sable, Girls éclabousse en loucedé les flâneurs et Ariel Pink déguste un peu salement une glace fruitée bien fraîche et sucrée. Pas très loin Fern Kinney joue au volley alors que The Smiths profite de la zone nudiste. Excentrique mais charismatique, le duo livre avec Invitation to Her’s l’un des premiers albums les plus libres et inspirés que l’île anglaise avait vu depuis un petit moment.